La philo pour enfants ...

Ce n'est pas une idée nouvelle de dire que les enfants sont tous des philosophes en devenir.

Leurs "dis, pourquoi ?" nous laissent de bons souvenirs. Ils s'étonnent devant tout, s'émerveillent et osent ne pas savoir donc posent des questions. Tant mieux.

Matthew Lipman aux États Unis (1922-2010) fut le précurseur en ce domaine il y a quarante ans. Il a créé un programme de «Philosophie pour enfants» qui reposait sur une série de romans, correspondant chacun à un niveau d’âge. Ils servent de point de départ à des débats et des discussions permettant de constituer la classe en « communauté de recherche ».

En France, les activités philosophiques en classe se sont multipliées dans l’enseignement primaire depuis une dizaine d’années.

La chaire UNESCO "philo pour enfants et littérature jeunesse" créée à l'université de Nantes en 2015 et dirigée par Edwige CHIROUTER, participe à essaimer ce magnifique outil pour aider les enfants à affiner leur pensée personnelle.

Des philosophes enseignants créent aujourd'hui des associations qui œuvrent ici et là pour diffuser et toucher le plus d'enfants possible.

Ce courant tente de faire contrepoids à la pensée pré-mâchée et aux écrans mis trop précocement entre les mains des enfants. Écrans qui obstruent, tel un écran de fumée, leur vison et leur découverte du monde. Chacun sait les effets que cela engendre sur leur comportement (retard de langage, agitation, difficulté à se concentrer).

Penser par soi-même et avec les autres

Lors des ateliers philo les enfants sont sollicités pour exprimer leur pensée propre, écouter celles des autres et ainsi ouvrir leur point de vue.

Philosopher c'est préciser sa pensée et se poser des questions. Comme l'atteste l'étymologie de ce beau mot, se poser des questions c'est partir en quête, en recherche d'une vérité qui toujours nous échappe. Il ne s'agit pas de prendre tout au premier degré, mais de prendre du recul, d'ouvrir les questionnements, et de rester dans une position de curiosité par rapport au savoir toujours inachevé.

"Je sais que je ne sais rien"

L'enfant prend ainsi conscience qu'il a besoin des autres pour construire sa réflexion et une communauté de recherche prend forme.

Lorsque parfois les mots manquent c'est l'occasion d'apprendre de nouveaux mots et au fil des ateliers de préciser sa pensée en l'argumentant et la conceptualisant.

Site créé (2017) et mis à jour par MarieDo BURGAUD 

Merci de citer vos sources si vous utilisez mes infos

Retrouvez-moi sur ma page FB les ateliers philo de Mariedo